17 septembre 2015. Par Jonathan

Les prévisions de croissance de l’OCDE pour la France

L’OCDE a rendu public mercredi ses prévisions de croissance concernant l’économie française, en abaissant celle-ci à 1 % pour cette année et à 1,4 % pour l’année 2016. On se souvient qu’en juin dernier elle espérait encore +1,1 % de croissance en 2015 et 1,7 % en 2016. La modification des perspectives de l’OCDE intervient après que Paris ait récemment confirmé ses prévisions de croissance plus favorables pour 2016 avec selon le gouvernement +1,5% de croissance attendue. Le gouvernement espère pouvoir même dépasser ce chiffre, Michel Sapin a d’ailleurs qualifié la prévision de 1,5 % en 2016 comme étant prudente lors d’une conférence de presse qu’il a tenue récemment. Soulignons que l’Allemagne, qui demeure toujours le moteur économique et industriel de la zone euro, possède une croissance plus forte que la France mais a également subi un mouvement de correction concernant ses perspectives.

L’analyse partielle de l’OCDE

Le PIB allemand devrait augmenter, selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economique, de 1,6 % pour 2015 puis de 2% l’année prochaine. L’organisation indique dans son rapport sur l’économie mondiale qu’elle n’a pas effectué d’analyse en détail pour chacun des pays. Elle a seulement souligné que pour la zone euro la croissance s’améliorerait en moyenne mais avec un rythme moins rapide qu’espéré. La zone euro, toujours selon l’organisme, aurait dû connaître une reprise plus nette notamment à travers les impulsions qui ont été mises en place par la baisse du prix du pétrole ainsi que la baisse de l’euro et des taux d’intérêts. La politique monétaire très accommodante de la Banque Centrale Européenne devrait pour l’OCDE rester en place jusqu’à ce que l’inflation soit en accord avec les objectifs officiels, c’est-à-dire se rapprocher des 2 %. Si vous recherchez comment devenir riche, sachez que ces évolutions structurelles peuvent être de véritables opportunités si vous arrivez à les exploiter à travers les instruments boursiers par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *