2 mai 2014. Par Jonathan

Pourquoi Google imite Facebook dans la course pour la publicité mobile

Si quelqu’un a encore des doutes quant au passage de Facebook (NASDAQ: FB )  vers le mobile, la réponse est évidente.

Facebook a déclaré que la part des revenus de la publicité mobile représentait à peu près 59% du montant total des 2,2 milliards de dollars des ventes de la publicité au premier trimestre 2014. Cela représente une hausse de 82% pour la même période de l’année précédente et une montée en flèche du pourcentage provenant de la publicité mobile (contre 30% pour la même période de l’année précédente).

C’est énorme et ces chiffres montrent que Facebook a réussi son passage du groupe basé sur l’utilisation du PC à la première compagnie du mobile. Facebook et Google (NASDAQ: GOOG ) ont fait un travail impressionnant et à eux deux, les géants du Web contrôlent le marché mondial de la publicité mobile.

« Facebook et Google dominent le marché de la publicité mobile au niveau mondial » estime l’institut d’études eMarketer. « Ensemble, les deux groupes ont capturé 6,92 milliards de dollars, soit 75,2% de nouveaux revenus publicitaires générés au niveau mondial en plus des 9,2 milliards de dollars en 2013. Les deux géants du web dominent le marché et comptent pour les deux tiers des dépenses mobiles en 2013, un chiffre qui augmentera encore cette année ».

Quelle est la taille du marché mobile?

Selon eMarketer, les dépenses de la publicité numérique au niveau mondial (traditionnelle et mobile confondues) ont progressé de 14,6% à 119,8 milliards de dollars en 2013. Selon BBC, le marché global de la publicité numérique augmentera encore de 14,8% en 2014 pour atteindre 137,5 milliards de dollars. La part du marché du mobile reste relativement petite sur le marché global car les sociétés ont du mal à faire fonctionner ce type de publicité sur les plateformes mobiles. Toutefois, le marché de la publicité mobile a progressé de 105% en 2013 à 18 milliards de dollars ; et devrait progresser de 75,1% en 2014, à plus de 31,45 milliards de dollars.

Le plus grand défi de l’expansion du marché mobile réside dans le fait que les bannières de la publicité traditionnelle, l’élément essentiel de la publicité numérique, ne fonctionnent pas sur le mobile. Ce qui a bien fonctionné pour Facebook, ce sont les publicités qui invitent les utilisateurs à installer les applications. Après l’annonce des résultats du premier trimestre 2014, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg a révélé que l’App Install du groupe a conduit à un total de 350 millions d’installations d’applications depuis l’introduction de cette fonctionnalité en 2012.

L’App Install pour la publicité mobile était un ajout après coup de Facebook qui est devenue le moteur principal des revenus publicitaires. Ce succès montre la volonté de Facebook d’utiliser ce qui fonctionne, de changer de direction si le plan ne fonctionne pas et de progresser en innovant.

Google veut imiter Facebook

Google a bien percé dans la publicité mobile, particulièrement sur sa plateforme YouTube. Toutefois, la croissance de Facebook ne passe pas inaperçue et Google a annoncé ses plans pour activer sa capacité de vendre ses publicités à la communauté de l’application.

Google offrent des publicités sur le réseau de recherche mobiles qui permettent d’installer directement les applications depuis 2011. Toutefois à l’occasion de la dernière mise à jour d’Ad Words, la régie publicitaire de Google, la société permet maintenant aux développeurs d’applications d’acheter de la pub pour leurs applications sur les recherches mobiles et sur Youtube. Cela signifie que les résultats de recherche peuvent présenter des publicités pour des applications déjà installées. Combiné avec la publicité pour les applications, cela permet a Google d’offrir plusieurs types de formats publicitaires pour les créateurs d’applications qui veulent absolument voir leurs produits installés et pouvoir rappeler aux utilisateurs d’y revenir.

L’ajout de YouTube à ce mélange est tout aussi important, car la plateforme des vidéos est une source de revenus en pleine croissance pour Google. En effet, selon eMarketer, la plateforme a rapporté près de 2 milliards de dollars en revenus net à Google en 2013, ce qui représente 5,6% du total des revenus publicitaires net de Google. Toujours selon eMarketer, d’ici la fin 2014, la part de YouTube devrait atteindre 7,2% du total des recettes publicitaires de Google.

« C’est évident que dans le mobile, l’avenir de Google réside dans YouTube, pas dans la recherche », a déclaré Simon Khalaf, le PDG de Flurry Analytics.

Néanmoins Google doit faire face au problème de la baisse de la pertinence de recherche. Facebook possède aujourd’hui de multiples plateformes basées sur l’interaction sociale, ce qui lui offre une connexion assez forte avec les utilisateurs. Google développe ses services mobiles très rapidement, comme sa célèbre application Google Maps ou sa suite d’applications de productivité, les produits plus que nécessaires pour que la compagnie reste dans la course.

Les autres compagnies ont du mal à se faire une place sur le marché

Si Google est le numéro 1 dans la publicité mobile, sa part de marché des 31,45 milliards de dollars prévus enregistre une baisse. Le groupe de recherche sur Internet espère prendre 47% du marché cette année, par rapport aux 49 % en 2013. Facebook devrait obtenir 22% en 2014, contre 18% en 2013 et Twitter (NYSE: TWTR ) jusqu’à 2,4%. Yahoo! tente également de se faire une place sur le marché de la publicité mobile, mais le groupe n’a pas le potentiel concurrentiel et, selon CNET, son PDG Marissa Mayer estime que les revenus générés dans la publicité mobile de la société ne représentaient qu’une toute partie du chiffre d’affaires en janvier.

Apple (NASDAQ: AAPL ) est également dans la course, mais sa part de marché et ses ventes publicitaires reposent sur sa capacité à garder les clients-utilisateurs d’iPhones et d’iPads et la société joue un jeu différent comparé aux autres acteurs.

Yahoo et Twitter sont actuellement considérés comme les perdants de la course, sur un marché qui va prendre de plus en plus d’ampleur. Si ces groupes ne trouvent pas un moyen pour s’y faire une place, ils risquent de n’y avoir aucun poids.

Et le gagnant est?

Google domine le marché, mais Facebook gagne rapidement du terrain. Le réseau social a également un joker sur WhatsApp, le service de messagerie acheté récemment pour 19 milliards de dollars. Cette app ne diffuse pas de publicités et facture1 dollar par an à ses utilisateurs après une année d’utilisation du service. Marc Zuckerberg pense que WhatsApp pourrait finir par atteindre un milliard d’utilisateurs (le nombre actuel est de 500 millions) et qu’en ajoutant même une infime quantité de publicités sur la plateforme, cela pourrait secouer massivement l’industrie.

Facebook gagne du terrain et semble être le plus progressiste avec une stratégie plus cohésive dans le domaine. Google avance et essaie de protéger sa part de marché, mais si la compagnie continue d’imiter les mouvements de Facebook plutôt que d’innover par elle-même, elle pourrait terminer deuxième dans la course de la publicité mobile. Facebook a encore un long chemin à parcourir, mais les bénéfices réalisés au cours des 15 derniers mois par le groupe sont renversants et devraient inquiéter Google.

Envie d’investir dans Google? Vous pouvez acheter des CFD Google sur Plus500

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *