16 avril 2014. Par Jonathan

Pourquoi Facebook va continuer à exploser ses profits?

Facebook est déterminé à rester pertinent sur toutes les plateformes et à aller au-delà de sa réputation du roi des médias sociaux. Avec l’acquisition d’Oculus VR, l’entreprise qui a conçu l’Oculus Rift, un casque à réalité virtuelle, pour un total de 2 milliards de dollars, la société démontre sa volonté et sa capacité à se réinventer et à être présente sur de multiples plateformes technologiques. Il s’agit d’une stratégie judicieuse, puisque le monde de technologie évolue très rapidement. Ce qui est au goût du jour ce mois-ci peut soudainement devenir démodé demain.

Facebook est en train de développer une solide assise financière. Et alors que certains sceptiques avaient prédit une croissance de courte durée pour le dernier trimestre 2013, Facebook a annoncé un bénéfice de 31 cents par action, en dépassant la prévision des analystes de Wall Street à 27 cents par action. Depuis le creux enregistré suite à son introduction en bourse ses actions ont quadruplé. On peut dire que le pionnier des médias sociaux tourne à plein tubes ces jours-ci.

Pour Facebook Inc, la clé du succès réside dans sa capacité à faire appel aux utilisateurs de la publicité de toutes sortes. Après l’acquisition d’Instagram, de What’sApp et maintenant d’Oculus, Facebook souligne son poids financier et sa stratégie de réussite sur plusieurs plateformes.

Un paquet de services

« Facebook a la capacité de regrouper des services autant pour les appareils mobiles que non-mobiles », avance Brian Wieser, analyste chez Pivotal Research. La façon dont Facebook construit son réseau de publicité sur les plateformes mobiles et les plateformes de bureaux a pour effet de « rendre la distinction presque théorique », affirme Wieser.

L’entreprise de Mark Zuckerberg, qui a fêté récemment ses 10 ans, est un poids lourds dans l’industrie du mobile, sachant que « mobile » est aujourd’hui un mot magique autant à Silicon Valley qu’à Wall Street.

Oubliez ces vieilles balises de « médias sociaux ». L’envol des médias sociaux du 21e siècle sera peut-être l’élément central pour expliquer comment Facebook a réussi à rassembler 1,2 milliards d’utilisateurs dans la première décennie de son existence. Et Facebook continue à dépasser les prévisions de Wall Street grâce à ses prouesses sur le marché de la publicité mobile et ses promesses de réussite sur chaque nouvelle plateforme qui s’y ajoute.

Dans le dernier trimestre de 2013, les revenues publicitaires du réseau mobile Facebook ont sensiblement progressé. En effet, la part représentée par la publicité mobile de Facebook s’élevait à 53 % au quatrième trimestre, contre les 49 % du trimestre précédent, a annoncé Sheril Sandberg, directrice des opérations de Facebook lors d’une téléconférence avec les analystes de Wall Street.

Plus concrètement, ce progrès a apporté 1 milliard de dollars en plus en recettes publicitaires mobiles au cours du dernier trimestre, chiffre jamais enregistré auparavant.

La force du marché mobile

Le succès de Facebook sur la scène du mobile alimente la hausse des prix des actions. Rappelez-vous du bruit médiatique qu’à fait son introduction en bourse le 18 mai 2012 dans une atmosphère de grande expectative des actionnaires s’imaginant déjà sur des yachts, en retraite anticipée. Les actions ont alors plongé de 53%, en chutant de son prix initial de 38$ pour atteindre le plancher historique de 17,73$, à la clôture du 4 septembre 2012

En ces temps difficiles, le principal défaut de Facebook sur Wall Street tenait à son incapacité à convaincre les gros investisseurs du potentiel de l’entreprise et de sa stratégie avant-gardiste des mobiles.

 Facebook vient de conquérir le marché du mobile en développant une application à la fois,  en écoutant ses utilisateurs qui veulent être de plus en plus connectés sur les plateformes mobiles. Toutefois Facebook comprend qu’il ne peut pas se concentrer exclusivement sur le service mobile et se retirer des marchés fiables. Lors de la téléconférence avec les analystes de Wall Street quant aux résultats du quatrième trimestre, Mark Zuckerberg a souligné que « une chose est évidente par rapport à notre travail sur les produits comme Messenger, Groups et Instagram, c’est que notre vision de Facebook est de mettre en place un ensemble des produits pour vous permettre à partager tout type de contenu que vous souhaitez à partager ».

 

Et Facebook n’a pas cessé de se développer. L’acquisition de WhatsApp pour une jolie somme de 19$ milliards. Selon Forbes, WhatsApp gère aujourd’hui autant de messages que l’ensemble de l’écosystème des télécommunications. L’application rassemble pas moins de 450 millions d’utilisateurs, 70 % d’entre eux sont des utilisateurs quotidiens. Sur Facebook, le nombre des utilisateurs quotidiens atteint 550 millions.

Cependant l’acquisition de WhatsApp était controversée parce que a) Wall Street a été pris au dépourvu, b) une telle somme parait gargantuesque pour une entreprise avec 55 employés et 300$ millions de chiffre d’affaires.

Mais au final, la signature de ce marché, a agréablement surpris tous les défaitistes. Cela n’a fait que souligner la détermination de Facebook à démontrer que ces propos sont hors-sujet et à rejoindre MySpace, Friendster et les autres étoiles filantes dans l’univers de la technologie.

La conclusion

En fin de compte, Facebook met son business du mobile à jour, car c’est ça qui est au goût du jour en 2014. Et si le mobile commence à perdre de son charme ou un autre dispositif de communication vient à le remplacer, vous verrez Zuckerberg & Co se précipiter allégrement à mettre la signature Facebook dessus.

Envie d’investir dans Facebook? Vous pouvez acheter des CFD  Facebook sur Plus500

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *