1 février 2016. Par Jonathan

L’Iran revient aux affaires

L’Iran revient au devant de la scène internationale après la fin de l’embargo qui lui était imposé suite à son programme de développement nucléaire qui était condamné par l’ensemble des Nations Unies. Et le moins que l’on puisse dire est que depuis la fin de l’embargo, l’Iran est au devant de la scène en ce qui concerne les nouvelles commandes. Que se soit dans le domaine de l’aviation civile ou bien entendu dans le domaine pétrolier, les iraniens passent des commandes qui pourraient bien relancer un peu l’économie mondiale. En France se sont plusieurs milliards qui ont déjà été investi par les entreprises iraniennes afin de mettre au goût du jour leurs patrimoines, que se soit des avions de ligne ou de grosses commandes en matérieux de construction, les iraniens semblent prêt à relancer leur pays et ce malgré la conjoncture actuelle qui les voit obligé d’avoir un oeil sur le conflit actuellement en Syrie.

Les broker saluent pour la plupart les investissements effectués en France mais tiennent à l’oeil le développement pétrolier du pays, l’Iran actuellement quatrième puissance pétrolière mondiale a relancé sa production alors que la surproduction est toujours d’actualité dans ce milieu, en signant un contrat de 250 000 barils par jour avec la société total, ils diluent une nouvelle fois la valeur du pétrole qui est pourtant occupé à remonter sur les marchés internationnaux. Le retour de l’Iran aux affaires devrait obliger un pays comme l’arabie Saoudite de diminuer drastiquement sa production et dans un même temps diminuer la frénésie américaine qui crée des stock sans précédent actuellement sans que la demande ne soit présente sur les marchés.

Les iraniens l’ont bien compris, ils doivent investir dans le développement de leur pays, une sorte de plan Marshall comme on en a connu en Europe qui devrait permettre au pays de relancer son développement et son ouverture à l’international alors que l’embargo a fort pesé ces dernières années sur le pays, poussant à la fuite des cerveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *