27 mai 2014. Par Jonathan

Les résultats de l’industrie manufacturière en Chine dépassent les prévisions

La publication des résultats meilleurs que prévus de l’industrie manufacturière en Chine a servi de moteur majeur sur le marché asiatique ce jeudi. Toutefois, certains économistes mettent en garde contre l’enthousiasme démesuré de ces chiffres.

La HSBC a déclaré que la version « flash » de son indice des directeurs d’achat mensuel a atteint son niveau record des cinq derniers mois de 49.7 points à partir d’une lecture finale de 48.1 points en avril.

Ce qui est encore plus encourageant c’est que le sous-indice a atteint son plus haut niveau des quatre derniers mois pour atteindre 50.3 points (47.9 en avril), en dépassant la ligne des 50 qui sépare la croissance de la contraction.

D’autres indices ont également connu des hausses similaires, les sous-indices à la fois pour des nouvelles commandes d’exportation et toutes les nouvelles commandes confondues ont enregistré des gains, alors que la composante de l’emploi a enregistré une baisse plus rapide qu’au cours du mois précédent.

L’indice PMI (le ‘Purchasing Manager Factor’ ou l’indice des directeurs d’achat) représente 85%-90% du total des réponses qui seront utilisées dans le rapport final de l’activité manufacturière en Chine.

La plupart des indices ont affiché des fortes hausses tout en boostant le dollar australien qui a tendance à être sensible à la conjoncture économique de son premier partenaire commercial.

Si certains économistes avaient été dans l’incapacité à expliquer toute une série des résultats plutôt médiocres enregistrées en Chine au cours des mois précédents, certains parmi eux sont aussi incapables d’expliquer le pourcentage fort de l’indice PMI du jeudi passé.

L’économiste en chef de la HSBC Chine, Hongbin Qu reconnait que « l’amélioration a été généralisée, en montrant à la fois une reprise des nouvelles commandes et des nouvelles commandes d’exportations qui ont franchi le seuil de l’expansion ». Toutefois, il s’est montré préoccupé par la faiblesse du sous-indice de l’emploi, « ce qui laisse à penser que le climat optimiste de ce mois-ci n’a pas encore atteint le marché de l’emploi ».

En tenant compte de tous ces éléments, Hongbin Qu a réitéré son appel pour une politique plus souple de la Banque centrale de Chine : « Les risques d’un affaiblissement de la croissance restent importants d’autant que le marché de l’habitation continue à se tempérer. Nous pensons qu’une politique d’assouplissement reste nécessaire pour soutenir la croissance au cours des mois à venir. »

Après la baisse de l’indice PMI de la HSBC, la banque canadienne TD Securities s’est félicitée des résultats surprenants mais ne pense pas non plus que l’économie soit déjà totalement remise de la récession.

« Les données actuelles semblent montrer une amélioration dans son ensemble. Toutefois, il est encore trop tôt pour dire si l’indice montre les premiers signes de son détachement du prix du minerai de fer », écrit Prashant Newnaha, stratège de TD Securities, en se référant à la relation observée par la banque de l’indice PMI et le prix du minerai de fer au cours de ces quelques dernières années.

L’économiste international en chef de PNC, Bill Adams s’est également montré réservé quant aux signes de la reprise.

« Après une période difficile du mois d’avril, l’industrie manufacturière asiatique pourrait se stabiliser légèrement en mai, mais l’amélioration reste modeste », écrit Bill Adams, en se basant sur l’indice PMI en Chine et les résultats similaires enregistrés au Japon. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *