18 novembre 2015. Par Jonathan

Le gaz est à surveiller après la diminution de la production batave

Branle bas de combat dans le milieu de l’énergie en Europe, les Pays-Bas sont contraint de diminuer drastiquement son extraction de gaz naturel suite aux nombreux tremblements de terre que supporte la région dde Groningen depuis quelques temps du fait que les cavités laissées béantes provoquent des secousses sismiques secouant l’ensemble de la région et menaçant les habitations et lieux historiques.

Les Pays-Bas sont les seconds producteurs de gaz en Europe, cette économie représente 8% du PIB du pays qui devra trouver d’autres revenus si ils veulent rester maître de leur endettement, en effet les revenus du gaz contribuent énormément à la stabilité économique du pays, sans ces revenus, des mesures devront être prises.

Cette diminution de la production aura également un impact sur le prix du gaz qui devrait repartir à la hausse, en effet les Pays-Bas fournissent essentiellement la Belgique, un pays qui a éjà énormément de mal à trouver un équilibre énergétique avec plusieurs de ses centrales atomiques à l’arrêt, les consommateurs belges verront donc leur note énergétique encore s’alourdir dans les prochaines semaines et mois.

Une augmentation du prix du gaz pourrait par contre avoir un effet positif sur une action telle que celle de Engie (GDF Suez) qui a vu son chiffre d’affaire fortement baisser suite à la baisse du prix du gaz, investir dans ce titre pourrait être une bonne idée, surtout que les fondamentaux du groupe français sont plutôt bons après une très mauvaise année et que plusieurs centrales atoomiques sont remises en service.

Plusieurs broker devrait donc voir le volume d’échange augmenter sur la valeur du gaz dans les prochaines semaines, on sait que Gazprom est leader dans ce domaine, une diminution de la production de la part des Pays-Bas feront largement les affaires des russes qui toujours sous embargo deviendraient un partenaire inévitable alors qu’une colaition s’est créée entre les russes et les français dans le cadre de la guerre en Syrie. Les investissements militaires coûteront donc énormément à la coalition, une partie de ce financement pourrait venir d’un réhaussement du prix du gaz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *