27 mai 2014. Par Jonathan

Le prochain grand projet de Facebook : démolir Snapchat ?

Le co-fondateur et le PDG de Snapchat, Evan Spiegel aura 24 ans le mois prochain. À la tête d’un des réseaux sociaux des plus dynamiques dans le monde, il a pu constituer un petit capital. En effet, Spiegel estime que son service de partage de photo vaut environ 3 millairds de dollars, le chiffre est basé sur l’offre faite par Facebook (NASDAQ: FB ) pour racheter la compagnie. Le groupe a rejeté l’offre, mais est-ce une erreur de ne pas avoir accepté tous ces milliards ? Maintenant Spiegel pourrait se retrouver à parer à une application concurrente de Facebook, appelée « Slingshot », afin de garder la place dominante de son application.

Comment est l’effet de réseau?

D’après Financial Times qui cite « les sources proches des projets », Facebook travaille actuellement sur son application de partage de vidéos. L’application qui va entrer en concurrence directe avec celle de Snapchat. Le projet ‘top secret’ est dirigé par Mark Zuckerberg en personne, le fondateur de Facebook, et pourrait sortir déjà ce mois-ci. Selon certaines sources, Slingshot va permettre aux utilisateurs d’envoyer des messages vidéo en quelques cliques.

Le lancement de Paper par Facebook était le premier projet de l’équipe Creative Labs de Facebook dont le but était de dissocier la valeur des utilisateurs mensuels actifs en proposant des applications autonomes.

L’application serait en ligne avec les efforts déployés par l’entreprise pour les avancées des applications autonomes. Mark Zuckerberg a souligné qu’il voyait un énorme potentiel dans le business de Facebook et dans sa façon de trouver des moyens de profiter de sa base d’utilisateurs pour proposer des applications plus personnalisées.

« Nous pensons simplement que les gens souhaitent partager de différentes façons et que comprimer le tout dans une seule application bleue, n’est pas la bonne façon de faire pour les années à venir », confie Zuckerberg à Bloomberg Businessweek.

Toutefois, Slingshot devra franchir un sérieux obstacle sur son parcours. Mark Zuckerberg connaît mieux que n’importe qui l’effet de réseau. Lors de l’acquisition de la multiplateforme de service de messagerie WhatsApp pour 19 milliards de dollars, il a cité les utilisateurs comme l’avantage concurrentiel majeur pour justifier une telle valorisation. « WhatsApp est sur le point d’atteindre un million d’utilisateurs. Les services qui atteignent un tel chiffre sont incroyablement précieux », a déclaré Zuckerberg dans un communiqué de presse lors de l’annonce d’achat de WhatsApp par Facebook.

Bien sûr, le marché à créneau de Snapchat fréquenté essentiellement par les ados et les étudiants peut limiter son potentiel à moins d’un milliard de personnes, mais Zuckergerg a reconnu que le réseau valait une somme considérable lorsqu’il a proposé 3 milliards de dollars pour racheter le service. Et comme Zuckerberg reconnaît lui-même la valeur de la base des utilisateurs à croissance rapide de Snapchat, il ne faut pas s’attendre à ce que l’application leader en messagerie de photos et de selfies soit vaincue aussi facilement par le projet Slingshot de Facebook.

Une approche plus favorable pour les actionnaires ?

La bonne nouvelle dans tout cela c’est que Facebook se tourne vers l’innovation en interne et garde ses milliards. Après avoir dépensé de belles sommes pour WhatsApp et Oculus VR, il est également bon de rassurer les actionnaires de Facebook en montrant que le groupe est capable d’innover sans payer les montants spéculatifs.

Ces nouvelles sur le projet Slingshot ne modifient en aucun cas les perspectives du groupe Facebook. À ce stade, le projet secret n’est qu’un projet plein d’espoirs non établis. Même si le groupe parvient finalement à piétiner Snapchat, les 150 milliards de dollars de capitalisation boursière de Facebook semblent refléter ce genre de triomphes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *