2 novembre 2013. Par Jonathan

La Fed est un gigantesque fonds de couverture», affirme Warren Buffett

Le milliardaire américain, Warren Buffet, compare la banque centrale américaine à un fonds de couverture. L’oracle d’Ohama juge par ailleurs les actions bien évaluées, dans des entrevues accordées aux médias financiers américains.

Pour l’oracle d’Omaha, la capacité de la Réserve fédérale américaine à profiter de son programme d’achat d’obligations, alors que son bilan dépasse les 3 trillions $US, la rend comparable à un fonds de couverture.

«La Fed est le plus gros fonds de couverture de l’histoire», a dit le PDG de Berkshire Hathaway jeudi à des étudiants de l’Université de Georgetown à Washington. Cela génère «probablement 80 ou 90 milliards par an» de revenus pour le gouvernement américain. «Et ce n’était pas le cas il y a quelques années».
La banque centrale américaine a dépensé 85 GUS$ par mois dans l’achat d’obligations pour aider les Etats-Unis à sortir de leur plus grand marasme depuis la Grande Dépression.

Son président Ben Bernanke a opté pour le maintien de son plan de stimulation monétaire, affirmant que la Fed attend de voir plus de signes de rétablissement de l’économie.

La Fed a remis 88,4 GUS$ au Trésor américain l’année dernière. Les paiements ont explosé avec l’alourdissement de la taille du bilan de la Réserve fédérale depuis 5 ans.

«La Fed n’est pas sous pression, absolument rien ne la force à réduire son endettement, a dit Warren Buffet. Donc, elle peut prendre son temps, et si il y a quelqu’un de sage à la Banque – et je pense que Bernanke l’est, je m’attends à ce que son successeur le soit aussi – la taille de son bilan sera maintenue. Mais c’est quelque chose qui n’a encore jamais été fait à cette échelle. Ça sera intéressant à observer».

M. Buffet a encensé Bernanke pour avoir annoncé en 2008 qu’il ferait le nécessaire pour stabiliser les marchés et a dit que son successeur devrait suivre une approche similaire pour stimuler l’économie. Les investisseurs anticipaient une réduction du plan monétaire de Bernanke. Celui-ci a indiqué le 18 septembre qu’il attendait de voir une création d’emplois plus soutenue avant de diminuer son programme de rachat d’actifs.

Lors d’une entrevue accordée à CNBC, M. Buffett a coupé court au sujet de la succession de Bernanke. Le milliardaire de 83 ans a dit que son meilleur successeur était M. Bernanke lui-même, même si il ne voulait plus rester en poste.

«Si vous avez un frappeur qui a une moyenne de 0,400, vous ne le mettez pas sur le banc de touche», a dit Warren Buffett, faisant référence à une forte moyenne au bâton au baseball. «Et je n’ai pas d’autre choix. Je ne connais pas du tout Janet Yellen».

La Bourse bien évaluée
En ce qui a trait aux actions, le plus célèbre investisseur de l’histoire a dit lors de son intervention sur CNBC que les titres des sociétés américaines avaient fait une «longue ascension» en cinq ans, passant de «ridiculeusement bon marché» à «plus ou moins évaluée correctement [par le marché]».

«Nous ne trouvons pas de bonnes occasions d’achat pour le moment, mais nous ne pensons pas non plus que le prix des titres soit surévalué. Il est plus difficile de dénicher des aubaines en ce moment.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *