14 mars 2017. Par Jonathan

L’or continue de jouer son rôle de valeur refuge

Malgré les tensions extrêmement fortes sur les marchés financiers et l’instabilité politique, l’or ne perd pas sa qualité de valeur refuge. Ces derniers mois, l’once d’or est repartie à la baisse, soit à 1100 euros. C’est donc le moment d’investir sur le métal jaune. En plus, en Europe, la baisse des taux d’intérêt favorise l’acquisition de l’or parce que son prix est relativement bas. Contrairement aux États-Unis où les taux ne cessent de grimper. Ce qui fait perdre au métal précieux sa compétitivité par rapport aux produits de rendement. Pour investir sur l’or, vous avez 2 choix : acheter de l’or physique ou acheter des titres ou de l’or papier.

Or physique : une valeur sûre

Plus sûr, l’or physique peut être acheté auprès de votre établissement bancaire, d’une officine spécialisée ou d’un courtier, sous forme de lingotins ou de lingots. Puis, il suffit de le mettre dans une pochette scellée avec la facture pour éviter les rayures et de le placer dans un coffre loué. Ensuite, il faut surveiller de près le cours sur un site spécialisé. Il faut signaler que l’achat de l’or n’est pas assujetti à la TVA. Mais, lors de la revente, le prix de cession sera soumis à une taxe forfaitaire de 10,5%, tout comme la plus-value qui sera imposée à un taux forfaitaire de 34,5%. Mais, un abattement est applicable à partir de la troisième année de détention.

Or papier : plus de risques, mais plus de rendement

Mais, si vous avez le goût du risque, il faut jouer en bourse. Les risques sont assez élevés par rapport à l’achat de l’or physique, mais le rendement par contre est intéressant. Il faut investir sur des obligations à durée indéterminée et à coupon zéro, sur une part des actions dans les mines d’extractions de l’or ou sur des certificats. Il est fortement recommandé de se confier à professionnel comme le broker nessfx, surtout pour les débutants. À signaler que lors de la revente, les plus-values de cession seront soumises à l’impôt sur le revenu et à des prélèvements sociaux de 15,5%. Mais l’abattement de 50% applicable à partir de 2 ans de détention pourra les réduire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *