29 avril 2014. Par Jonathan

HP pourrait bientôt dominer le monde de l’imprimante 3D

En résumé

  • Le marché de l’impression 3D est un marché révolutionnaire et en pleine croissance, dont les investisseurs devraient en être conscients.

  • Aujourd’hui, 3D Systems (NYSE:DDD) et Stratasys (NASDAQ:SYSS), dominent ce marché.

  • Hewlett-Packard Company (NYSE:HP) rejoint le monde de l’impression 3D cette année et pourrait s’y implanter rapidement et solidement.

Depuis quelques années, la montée de l’industrie de la 3D était principalement contrôlée par ces deux compagnies : 3D Systems (DDD) et Stratasys (SSYS). Toutefois, un peu plus tard cette année nous allons probablement voir un autre joueur sur le terrain de la troisième dimension : Hewlett-Packard Company (HPQ). Mais avant d’entrer dans les détails, jetons un œil sur l’état actuel de ce marché…

Selon l’entreprise de recherche dans le domaine des techniques avancées, Gartner, les utilisateurs ont dépensé 412 millions de dollars pour l’achat des imprimantes 3D en 2013, soit une hausse de 43% par rapport à 288 millions de dollars en 2012. Le secteur des professionnels représentait 325 millions de dollars et celui des consommateurs près de 87 millions de dollars.

Selon Gartner, les dépenses en imprimantes 3D augmenteront de 62% pour atteindre 669 millions de dollars en 2014, avec la part des professionnels de 536 millions de dollars et celle des consommateurs de 133 millions de dollars. En outre, le nombre d’imprimantes 3D devrait augmenter de 56,507 en 2013 à plus de 98,065 en 2014. D’ici 2015, ce chiffre devrait doubler pour atteindre 200,000 unités.

Selon un autre rapport de l’entreprise de recherches, Canalys, le marché global (qui comprend les imprimantes 3D et le total des dépenses de produits et de services) s’élevait à 2,5 milliards de dollars en 2013. Et ce chiffre devrait atteindre 3,8 milliards de dollars cette année pour aller jusqu’au niveau record de 16,2 milliards de dollars d’ici 2018.

Ces données prouvent que le marché est en forte croissance et que les investisseurs devraient l’observer de près.

Comme mentionné plus haut, deux principaux concurrents se partagent le marché aujourd’hui.

Fondée en 1986, DDD est évaluée à 6 milliards de dollars. Ses produits varient en prix et en taille et sont principalement destinés aux consommateurs. Toutefois, récemment, l’entreprise s’est aventurée dans le domaine médical en effectuant l’acquisition de Medical Modeling Inc., qui utilise l’impression 3D pour usage chirurgical ainsi que pour les appareils médicaux.

Le chiffre d’affaires de DDD a affiché une hausse de 45%, le portant à 513 millions de dollars en 2013 contre 354 milliards de dollars en 2012. Les analystes tablent sur 702 millions de dollars pour cette année et jusqu’à 1 milliard de dollars pour 2015.

Le SSYS, fondée en 1989 est plus ou moins de la même taille. SSYS vise plutôt les professionnels, avec des imprimantes destinées à l’usage des industriels. Cependant, les acquisitions récentes des deux sociétés supplémentaires, Solid Concepts Inc. et Harvest Technologies, vont lui permettre de se diversifier et de répondre également aux besoins des consommateurs.

Tout comme DDD, le chiffre d’affaires de SSYS a sensiblement augmenté au cours des deux années précédentes, en passant de 359 millions de dollars en 2012 à 487 millions de dollars en 2013. La société devrait atteindre 681 millions de dollars cette année et jusqu’à 954 millions de dollars en 2015.

Cette croissance, autant pour DDD que pour SSYS, a été stimulée par l’évolution des technologies qui révolutionnent la façon dont les produits sont fabriqués dans le monde. Les deux entreprises continueront de jouer un rôle essentiel dans l’avancement de la 3D, mais une autre société qui a annoncé son entrée sur le marché, pourrait très bien, en prenant de bonnes décisions, parvenir à le dominer.

Un nouveau concurrent dans le monde de la 3D

C’était le genre d’annonce à laquelle DDD et SSYS auraient pu s’attendre, mais qu’elles auraient surtout espéré à ne jamais l’entendre : Hewlett-Packard Company envisage son entrée sur le marché de la 3D en 2014.

Pour HP, ce géant de l’impression 2D, se lancer dans la troisième dimension était une décision évidente et ce n’était qu’une question de temps.

La PDG de HP, Meg Whitman a annoncé en mars que la première inauguration de leurs produits aura lieu d’ici la fin de l’année fiscale, c’est-à-dire fin octobre 2014.

Alors pourquoi maintenant ?

C’est un peu le rôle des petites entreprises d’arriver plus tard sur la scène, mais HP a choisi un timing parfait pour profiter du brevet du produit phare qu’est la 3D.

Un certain nombre de brevets liés au frittage sélectif par laser a soit expiré soit est sur le point d’expirer cette année (le frittage sélectif par laser est un procédé de fabrication utilisé pour réaliser des maquettes de faible volume et des composants fonctionnels).

Donc si les générations précédentes d’impression ont coûté des dizaines de milliers de dollars, le dernier modèle ne coûte qu’une fraction de tout cet argent et est bien plus avancé technologiquement.

Tout comme avec les brevets pharmaceutiques, les « seconds arrivants » comme HP économisent des millions en frais relatifs aux brevets et préfèrent se concentrer sur la recherche et développement afin de rendre les technologies existantes plus compétitives.

L’argent que HP mettra pour perfectionner ses propres produits, ainsi que dans la capacité de la production et les économies d’échelle, permettraient de réduire les dépenses du secteur.

De plus, dans son annonce, Meg Whitman, déclare que son entreprise a résolu les problèmes de vitesse et de qualité, que connaissent actuellement les technologies de l’impression 3D. Mais malgré le buzz et la promotion, elle admet que l’impression actuelle reste trop lente et que la surface des objets imprimés n’est pas parfaite.

Suivant l’exemple de Stratasys, HP pense d’abord se lancer dans le secteur des professionnels, où la demande et les budgets sont plus importants. Tandis que les consommateurs vont plutôt se tourner vers les fournisseurs d’impression de services, entreprises similaires à Kinko.

Canalys prévoit une valeur de16,3 milliards de dollars pour ce marché d’ici 2018 et il y a de fortes chances pour que HP prenne sa part du gâteau grâce à la notoriété de sa marque (ainsi qu’aux économies d’échelles et à la capacité de production mentionnées plus haut).

Il s’agit d’une source de revenus qui est plutôt de bon augure pour HP que ce soit à long ou à moyen terme, surtout si l’on tient compte du « marché chaud » de la 3D.

Envie d’investir dans HP? Vous pouvez acheter des CFD HP sur Plus500

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *