21 mai 2014. Par Jonathan

Google est-il en train de travailler sur son imprimante 3D? 3D Systems et Stratasys devraient-ils s’inquiéter ?

Si vous observez de près 3D Systems (NYSE: DDD ), Stratasys (NASDAQ: SSYS ) ou autres entreprises d’impression en 3D, vous savez que ce secteur est propice aux spéculations. Au cours de la semaine dernière, la spéculation étant le filon des événements, les rumeurs vont bon train : selon un article publié par Barron’s, Trip Chowdhry de Global Equities Research a sorti quelques publications affirmant que Google (NASDAQ: GOOG )  et Apple sont en train de développer leurs imprimantes 3D.

Personnellement, les rumeurs ne m’ont pas convaincu à acheter plus d’actions au royaume de l’impression en 3 dimensions. Toutefois, sur base d’informations de Barron’s et connaissant Google, cela ne paraît pas impossible que quelque chose se cache derrière ce buzz. De plus, connaissant Chowdhry, du moins un peu, cela rajoute une certaine crédibilité à l’histoire. Avant de démarrer sa propre activité, il a travaillé pour les services des technologies de l’information pendant un certain temps, y compris son passage par Microsoft.

Et si en général, je n’aime pas écrire sur le sujet dont je possède aussi peu d’informations, je pense qu’ici les informations sont quand même justifiées. Et moi-même j’aimerai en savoir plus sur les possibilités du géant technologique Google à intégrer le marché de l’impression en 3D. Au pire, si cette rumeur s’avère fausse, nous aurions l’opportunité de voir comment la concurrence peut affecter le marché de l’impression en 3D dominé par 3D Systems et Stratasys.

Le buzz

Selon Barron’s, Chowdhry a écrit que « Google est en train de travailler secrètement sur la construction de la nouvelle génération d’imprimantes 3D « tout-en-un » basée sur le projet Tango de Google, qui intègre plusieurs technologies de robot et de Google cloud. Les développeurs disent qu’Apple est aussi probablement en train de travailler sur un système d’imprimante 3D « tout-en-un » basé sur la technologie PrimeSense, mais les informations concernant Apple restent toutefois rares. »

Barron’s a poursuivi en disant que Chowdhry estime que Google pourrait en dire plus à ce sujet lors de sa conférence I/O qui aura lieu le 25 et le 26 juin, il a également écrit que « les systèmes 3D existants, Stratasys et les autres vont peut-être devoir se réinventer afin de répondre aux besoins du marché des particuliers».

Ce que l’auteur de chez Barron’s ignorait c’est que Chowdhry faisait référence ici aux « imprimantes 3D tout-en-un ».

Examinons maintenant la plausibilité d’une telle hypothèse

L’entrée de Google sur le marché de 3D parait plus que plausible. Premièrement, l’industrie 3D est en plein essor. Selon le rapport récent de Wohler’s Report 2014, le secteur a crû de 34,9% en 2013 et, selon les prévisions, devrait croître de 20% annuellement jusqu’en 2021. Le marché attire pas mal de monde et le géant technologique comme Google a toutes ses chances pour réussir son entrée et s’y faire une place. Google est tellement énorme, que s’implanter sur des nouveaux marchés qui connaissent une croissance rapide est plus que nécessaire pour continuer à booster son chiffre d’affaires.

Qui plus est, l’impression en 3D semblerait être en ligne avec les initiatives de Google prises par les passé et ses stratégies apparentes. L’acquisition effectuée par Google plus tôt cette année de Nest (l’entreprise qui fabrique des thermostats ‘smart’ et des détecteurs de fumée) était considérée par beaucoup comme un premier pas pour gagner la bataille du ‘marché smart’. C’est probablement l’une des batailles qui mène Google à son objectif à devenir leader sur le marché ‘Internet of Things’ où plusieurs objets seront connectés de façon transparente et offrant aux utilisateurs une rétroaction instantanée. Tout ce qui peut être contrôlé actuellement sans fil, ou potentiellement contrôlé sans fil, à la maison serait ciblé par Google à juste titre. Et les imprimantes/scanners 3D en font partie.

Il semble tout à fait concevable que le projet Tango de Google puisse s’inscrire dans l’initiative de l’impression en 3D. Le projet Tango a permis de créer un prototype de smartphone Android qui permet de suivre les mouvements 3D de l’appareil et recréer un model en 3D de l’environnement dans lequel il se trouve.

Dans quelle mesure 3D Systems et Stratasys seront affectés par l’entrée de Google dans le secteur?

3D Systems et Stratasys sont les seules entreprises cotées en bourse qui fabriquent les imprimantes 3D pour le marché des particuliers.

Source: Stratasys

Le segment des particuliers de 3D Systems représentait 6,6% des recettes totales de l’entreprise au cours du premier trimestre de cette année. Alors que l’unité MakerBot de Stratasys, achetée en 2013 a rapporté 16,6% des recettes de l’entreprise au cours de la même période. Comme ces segments connaissent une croissance plus rapide que l’activité globale de ces deux entreprises, ces pourcentages devraient augmenter au cours des trimestres suivants. Le chiffre d’affaires de 3D Systems a connu une croissance de 45% au cours du dernier trimestre tandis que ses recettes provenant du marché des particuliers se sont envolées de 150%. Le chiffre d’affaires de Stratasys a lui aussi progressé de 54%, alors que les ventes de MakerBot ont grimpé de 75%.

À première vue, il semblerait que Stratasys a potentiellement plus à perdre si Google ou autres entreprises entrent avec succès sur le marché de l’impression en 3D. Toutefois, ce n’est pas nécessairement le cas. Les produits MakerBot ne sont pas uniquement utilisés par les particuliers et les particuliers professionnels qui utilisent les produits pour les petites entreprises, leurs produits sont également utilisés par les entreprises. Ford, par exemple, a fait la une en 2012 lorsqu’il a annoncé qu’il envisageait de mettre une imprimante MakerBot sur le bureau de tous ses ingénieurs. Nous ne savons pas par quel type de client MakerBot se repartit ses ventes : particuliers/entreprises. Si la répartition se fait sur base de 50/50, Stratasys s’expose autant sur le marché des particuliers que 3D Systems.

En conclusion

L’hypothèse donc semble plus que plausible. Et si Google effectue son entrée sur le marché de l’impression en 3D, le groupe laissera peu de chances à d’autres grandes entreprises d’en faire partie.

Les marges du segment des particuliers de 3D Systems et de l’unité MakerBot de Stratasys sont inférieures à leurs marges globales. Au plus la concurrence sera serrée au plus ces marges vont rétrécir. Les deux entreprises génèrent cependant des recettes monstrueuses, (et la part des profits est d’autant plus importante), de leurs offres commerciales et industrielles. L’entrée potentielle de Google dans le monde en trois dimensions nuirait aux deux entreprises, mais ne ferait pas de dégâts catastrophiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *