15 novembre 2013. Par Jonathan

Déterminez votre tolérance au risque

Si votre portefeuille venait à dramatiquement chuter, cela vous empêcherait-il de dormir ? Aimez-vous les frissons des montagnes russes ou préférez-vous le confort et la sécurité? Avant d’investir, vous devez être à même de déterminer le niveau de risques et de volatilité auxquels vous êtes prêt à faire face mais également votre capacité financière à les prendre. Ce seuil variera en fonction de votre situation financière, vos objectifs et votre connaissance de vous-même.

Le débat de la tolérance au risque s’articule généralement autour de deux questions :  « Quel niveau de risque êtes-vous capables de gérer » et la deuxième est « Quel niveau de risque devriez-vous prendre? ». La réponse à la première question n’est pas toujours la même qu’à la deuxième, même si votre conseiller financier aura tendance à faire l’amalgame. La première question aborde l’approche psychologique du risque et à quel point vous êtes capable d’endurer des pertes momentanées. Mais ce n’est pas parce que vous êtes imperturbable à tout moment, qu’il est opportun de prendre ces risques. Et c’est là que la deuxième question a toute son importance.

La tolérance psychologique au risque

La tolérance au risque ici est la mesure de votre volonté à accepter de prendre plus de risque en échange de potentiels de gains plus élevés. Ceux avec une haute tolérance seront généralement affublés du terme « investisseurs agressifs », acceptant de perdre une part conséquente de leur capital en échange de l’espoir de gains conséquents. A l’inverse, ceux qui démontrent une forte aversion au risque sont considérés comme des « investisseurs conservateurs » et sont davantage concernés par la préservation de leur capital que par sa croissance.

La seule mesure utilisée ici est le niveau de confort et votre propension personnelle au risque. Mais cette appréciation ne correspond pas toujours aux risques que vous devriez prendre.

La capacité financière à prendre des risques

Pour illustrer la notion de capacité financière à prendre des risques, prenons l’exemple suivant :

  • Monsieur Antoine, 75 ans, chef d’entreprise, propriétaire de sa maison et d’une fortune de 10 millions d euros. Monsieur Antoine est le plus conservateur de nos trois personnes et désire juste maintenir son train de vie actuel.
  • Monsieur Dupont, 45 ans, employé, chef de famille et père de deux enfants. M. Dupont a accumulé 25.000 euros au cours de sa carrière et paie toujours des traites sur emprunt hypothécaire. Il est très intéressé par la bourse, désire investir pour sa retraite et épargner pour les études de ses enfants.
  • Eliott, 25 ans, célibataire, fraichement sorti de la fac, avec mille euros de côté.

Qui pensez-vous serait le plus impacté si son portefeuille venait à perdre 50% ? La réponse serait clairement Monsieur Dupont. Malgré une propension naturelle aux risques, une perte de la moitié de son capital le mettrait dans une situation difficile eu égard à ses objectifs à long terme mais aussi à l’échéance proche de l’entrée de ses enfants à la fac. M. Antoine, quant à lui, même si une perte de 5 millions d’euros serait douloureuse, n’en verrait pas son rythme de vie impacté et pourrait se contenter de maintenir ses positions actuelles. Et pour finir, Eliott, même s’il venait à perdre l’entièreté de sa maigre épargne, n’en porterait que peu les conséquences vu la petitesse du montant et son jeune âge.

Cet exemple illustre bien qu’une tolérance naturelle au risque ne suffit pas, la tolérance générale doit être établie en combinaison avec une appréciation réaliste de sa capacité financière.

Le lecteur attentif aura dorénavant compris que les notions de santé financière, objectifs financiers, composition de portefeuille, expérience de l’investisseur et tolérance aux risques sont interconnectées et s’influencent mutuellement. Chaque composante doit être prise en compte simultanément et la résultante doit être des objectifs financiers réalistes en équilibre avec la situation financière et la tolérance au risque de l’investisseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *