15 novembre 2013. Par Jonathan

Evaluer sa situation financière

Etape 1 : Evaluez votre situation financière

Il s’agit d’une étape cruciale et souvent oubliée par de nombreux investisseurs novices mais aussi confirmés. Car, au delà du simple principe de prudence, commencer à investir sans avoir une vue claire de votre situation financière peut s’apparenter à se jeter à l’eau sans savoir nager.

Une estimation de vos revenus, dettes et de vos dépenses futures vous sera donc indispensable. Elle vous permettra d’affiner plus précisément vos objectifs mais aussi d’éviter des situations désagréables et non préméditées.

La bonne nouvelle est qu’il ne faut pas beaucoup pour démarrer et que, selon votre appétit au risque, il existe des solutions pour vous aider.

Pour quoi dois-je faire cet exercice ?

Etre mieux à même de juger de votre capacité financière et de votre appétit au risque afin de pouvoir affiner vos objectifs : Chaque situation est unique et il primordial d’apprendre à définir la votre. Etes-vous jeune, avec un salaire confortable ou êtes vous retraité, avec une petite pension et peu de marge de manœuvre ? Ces deux exemples impliquent des objectifs et des tolérances aux risques diamétralement opposées. Alors que le jeune salarié aura une propension à prendre davantage de risques, en choisissant des actions ou en consacrant une partie de son portefeuille au trading, la personne retraitée préfèrera elle miser sur des investissements à rendements faibles mais sûrs. De même, notre jeune salarié sera capable de se relever rapidement en cas de perte importante alors que notre retraité, à l’origine simplement désireux de générer une rente supplémentaire de son épargne, sera grandement impactée par cette perte.

 

Eviter les mauvaises surprises : Pour un investisseur, il n’est pas de pire situation que de devoir liquider son portefeuille sous la contrainte. Premièrement, car cela signifie qu’une « tuile » vient de vous arriver et, deuxièmement, la malchance ne venant jamais seule, il se peut que ce soit au moment même ou votre portefeuille sous-performe et que vous vous étiez fixé comme cap de tenir bon, que vous vous retrouvez obligé de vendre. Un imprévu doit rester un simple imprévu. Essayer d’imaginer ces imprévus, d’anticiper ses capacités financières et de prévoir un matelas de sécurité fait partie des bases de tout investisseur.

 

Que dois-je prendre en compte pour jauger ma situation financière?

On considère généralement qu’une personne jeune dispose d’un horizon à long terme, qu’elle disposera d’un salaire encore de nombreuses années et donc qu’elle peut se permettre de consacrer son épargne à des investissements certes volatils mais avec une espérance de gain plus grande. De plus, naturellement, il aura une propension plus élevée au risque. A l’opposé, une personne plus âgée aura besoin de récolter les fruits de son investissement à un horizon plus court, vu l’imminence de la fin de sa vie professionnelle et donc préfèrera miser sur des placements sûrs. Un peu stéréotypé ? Oui, mais l’idée y est. Peu importe votre âge, que vous investissiez pour vous ou vos enfants, il est simplement crucial de savoir quels sont vos objectifs et quels seront vos besoins et revenus futurs. Vous reste-t-il beaucoup d’argent après avoir payé vos factures ? Vos revenus vont-ils augmenter ou diminuer dans le futur ? Et qu’en est-il de vos dépenses ? Arrivez-vous à la fin de votre prêt hypothécaire ? Allez-vous devoir bientôt changer de voiture ? Disposez-vous d’une épargne conséquente ? Faites preuve de bon sens et faites vos calculs, il devrait vite apparaître quelle part de vos revenus peuvent être consacrés à l’investissement sans compromettre votre style de vie.

Questions clés à se poser :

  • Quel est mon horizon d’investissement ?
  • De quels revenus excédentaires je dispose et quelle devrait être l’évolution de ceux-ci ?
  • Un emprunt hypothécaire ? Ai-je d’autres dettes ?
  • Y-a-t-il des gros postes de dépenses à venir ?
  • Existe-t-il des facteurs spécifiques à ma situation ?

 

Dois-je prévoir un matelas de sécurité ?

Oui, cela tombe sous le bon sens. Il est important que vous soyez à même de faire face à des imprévus et de ne pas être forcé à liquider votre portefeuille à un moment inopportun. Il est donc généralement conseillé de disposer d’un matelas de six mois de dépenses domestiques et que vos traites ne dépassent pas un tiers de vos revenus (sauf si ceux-ci sont importants).

 

Petit budget ? Il existe des solutions… et l’important, c’est de démarrer !

 

Un petit budget n’est plus une entrave pour un investisseur de nos jours. Avec l’avènement des sociétés de bourse sur internet et d’outils d’investissement diversifiés comme les ETF, il est dorénavant possible de démarrer avec seulement quelques centaines d’Euros. Et n’oubliez pas, il vaut mieux démarrer tôt et faire ses premières erreurs avec des petits montants que l’inverse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *