8 septembre 2017. Par Jonathan

Après le nouvel essai nucléaire nord-coréen la bourse de paris a fermé en léger recul (-0,38 %)

Après l’essai nucléaire en Corée du Nord du week-end dernier, la prudence est de mise à la Bourse de Paris, – 0,38 %.

Répercussions :

L’indice CAC 40 a connu une chute de 19,29 points à 5.103,97 points et, vendredi, il a terminé en hausse de 0,74 %. A Paris, la cote qui a débuté dans le rouge n’est pas parvenue à remonter. Un analyste d’IG France a déclaré que la méfiance vis-à-vis de la Corée du Nord et la peur du risque ont atteint toutes les places en activité.
Les marchés américains fermés en raison d’un jour férié, c’est une sensation de calme qui a dominé. Actuellement, le marché est relativement stable mais on ressent une nervosité latente. La répulsion du risque est d’autant plus forte qu’il semblerait que la Corée du Nord projette un nouveau tir de missiles. Le mois de septembre comporte donc plusieurs risques, en plus de la situation nord coréenne : plafond de la dette américaine, réunions de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale des Etats-Unis et élections législatives allemandes. Les marchés se trouvent donc dans une situation d’attente.

Etat de santé des différentes valeurs :

BNP Paribas a perdu 0,73 % suite au renvoi d’une de ses filiales devant le tribunal correctionnel.
Bolloré recule de 0,88 % à 3,93 % après la diminution, au premier semestre, de son bénéfice de 3 %.
Blue Solutions connait la situation inverse puisqu’elle s’est appréciée de 2,02 % à 17,20 €. Le groupe continue de constater la dégradation de ses résultats tandis que les ventes de ses batteries continuent à diminuer.
Air France KLM (-1,87 % à 12,88 €) n’a pas tiré profit de l’entrée dans son capital des compagnies Delta Airlines et China Eastern, 10 % chacune du capital.
Gemalto (-10,04 % à 38,60 €)  continue de subir les conséquences de ses piètres résultats du premier semestre avec sa perte nette de 473,3 millions d’euros.
Vivendi, de son côté, a concédé 0,89 % à 20,10 €, tandis que Mediaset et Fininvest (son principal actionnaire) lui demandent 3 milliards d’euros pour sa montée au capital du groupe italien de TV.

Dans ce contexte empli d’incertitudes, on peut toujours envisager d’acheter des titres et jouer en bourse. Pour ce faire, le broker NESSfx, courtier réglementé depuis 2012, vous permet de trader en toute sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *