13 février 2014. Par Jonathan

CFD sur actions plutôt qu’actions classiques ? Avantages et inconvénients.

Les CFD (ou « Contract For Difference ») connaissent un succès grandissant parmi les investisseurs ces dernières années en raison d’une flexibilité accrue et d’une réalité économique presque identique aux actions classiques. Passons en revue leurs similitudes, les avantages mais aussi les inconvénients liés à l’utilisation des CFD.

 

Définition et historique

 

Techniquement un CFD, à la différence d’une action classique, n’est pas un titre de propriété per se. Il s’agit d’un contrat établi le broker/banque et l’investisseur ou le broker s’engage à répliquer de manière fidèle performance économique d’une action. L’investisseur est donc exposé aux fluctuations du prix de l’action et touche tous les dividendes payés par celle ci, comme dans une action classique mais n’est pas le propriétaire officiel de l’action. Le propriétaire est la banque/le broker qui vous a émis un CFD. Car en pratique, lorsque vous « achetez » une CFD action auprès de votre établissement, celui-ci achète immédiatement l’action concernée afin de réaliser un miroir parfait de votre CFD. Le broker ici n’agit que comme intermédiaire entre vous et les marchés boursiers. Pourquoi imposer un intermédiaire dans ce cas me direz vous ? Et bien à l’origine le CFD était utilisé par les professionnels pour éviter de payer le « stamp duty » (droit de timbre) en Angleterre. Cette taxe impose à chaque investisseur non membre de la bourse de londrès de s’acquitter d’une taxe pour chaque transaction effectuée sur des valeurs anglaises, les membres, par contre, en sont exempt. En interposant un intermédiaire « membre » dans la transaction, cela permettait aux non membres de bénéficier de cet exemption. Mais très vite la facilité d’utilisation et la possibilité de travailler »à la marge » (voir ci dessous), et aussi la possibilité de mitiger le risque de change, ont imposé le produit sur l’ensemble des autres marchés. Aujourd’hui il est extrêmement répandu , en particulier parmi les investisseurs privés.

 

Avantages

  1. Performance économique similaire : Les CFD sont conçus pour refléter à l’identique la performance des actions sous jacentes, à savoir la performance boursière et le paiement des dividendes. Dans le cas des dividendes ceux ci peuvent, en pratique , même être supérieurs en raison d’optimisations fiscales. En contrepartie l’investisseur abandonne son droit de vote aux assemblées générales, n’étant plus le propriétaire diect de l’action.
  2. Possibilité de travailler « à la marge » : Etant donné qu’un CFD est un contrat entre le broker et vous et non un achat sur les marchés bursiers. Le broker peut vous permettre de ne payer d’avance qu’une partie du prix de l’action. Cela s’appelle acheter «  à la marge ». Le broker ne vous demandera de ne mettre que par exemple 10% du montant au moment de l’achat mais vous demandera des fonds supplémentaires (« appels de marge ») si l’investissement s’avérait être déficitaire afin de constamment maintenir ce coussin de de protection de 10%. Ce système permet aux investisseurs d’atteindre rapidement des tailles critiques sans apport inital important. En contrepartie de cette flexibilité le broker vous facturera un cout de portage (carry over fee) pour le financement des 90% restant. Il est à noter qu’il ne sagit pas nécessairement d’une perte seche pour l’acheteur. Si celui ci ne désire pas acheter à la marge mais utilise néanmoins un CFD, les 90% du montant non utilisés restent à disposition de l’investisseur. Libre à lui de les placer sur un livret ou un autre investissement afin de les rentabiliser.
  3. Réduction du risque de taux de change : Il s’agit d’un des prorpiétés les moins documentés des CFD mais parmi les plus utiles. Cela s’explique par le fait qu’il s’agit principalement d’une conséquence du travail « à la marge ». Explication. Si vous désirez acheter 100 Euros d’actions Apple. Vous réaliserz très vite que celles ci sont libellées en dollars US et qu’afin de procéder à votre achat, vous devrez convertir vos 100 Euros en 130 Dollars (hypothèse taux de change à 1.30), ce qui en soit présente déjà un cout. Mais un risque que vous encourez lorsque vous investissez dans des valeurs étrangères, est que vos gains sur l’actions soient annihilés par un mouvement de change en votre défaveur. Dans notre exemple, si vous achetez des dollars et ensuite des actions apple, si vous réalisez 10% de gain sur l action mais que simultanément le dollar perd 10% contre l’euro, votre gain sera au final nul voire négatifs vu les frais de change répetés. Dans le cas d’un CFD, comme nous le mentionnions plus haut, Une marge initiale vous est réclamée. Hors il faut savoir que votre broker, à la réception de celle ci, ne fera pas le change en US dollars. Il s’assuera juste que sa marge à disposition (en Euros) soit toujours suffisante pour couvrir les 10% de coussin de sécurité. Cette réalité va changer grandement votre performance, car votre risque sur le dollar n’est plus sur l’entiereté du montant acheté mais seulement sur le gain ou la perte réalisée. Reprenons notre exemple. Si votre achat d action Apple résulte en un gaoin de 10% , à savoir 13 $… votre broker, à la fermetur de votre contrat ne vous versera que 13$ plus votre marge initiale de 10 Eur. On voit du coup que l’impact négatif du taux de change n’implique plus la somme total de l ‘investissement, mais seulement le gain effecturé. Les pertes liées aux taux de change s’éleverront a 1 EUR contre 10 Euros dans le cas d’un achat d’actions classique. Ce cas illuster un des aspects les plus pratiques des CFDS et explique notre recommandation de l’utilisation des CFD pour les achats des valeurs étrangères.
  4. Pas de droitd e timbre : La motivation histoqrique de l’exemption du droit de timbre est toujours d’actualité et s’impose sur l’ensemble des valeurs anglaises.
  5. Possibilité de vendre à découvert (« positions short ») : Dans les marchés financiers actuels il est possioble évidemment de se positionner à la hausse sur une action mais aussi à la baisse. La raison peut être spéculatibve mais aussi dans un simple objectif de couverture. Exemple, si vous venez de faire des gains importants sur votre portefeuille et que vous indenfiez un risque important à venir, libre à vous d’instaure une couvertiure temporaire afin de mitiger le risque économique de votre portfeuille. Cette technique appellée hedging est très utilisée par les traders et gérants de portfeuille pour couvrire des risques ou geler des gains de manière temporaire.

 

Inconvénients

  1. Le cout de portage : Quand on parle de CFd, il existe deux types de couts. Premièrmenet les « spreads » , écart entre le prix d achat et de vente, qui vinnent se substituer dans le monde des CFD aux commissions dans le monde des actions classiques. Et deuxièmement, comme mentionné plus haut, la flexibilité de travailler à la marge, comporte un cout , qui est le coût de financement du reste de la position non couverte par le dépôt de marge initiale. Il ne s’agit pas du tout d’un cout caché, il est économiquement logique que le financement du reste de la position vous soit facturé, mais il est juste parfois difficile de le mesurer précisément. De plus à long terme, cela peut représenter un cout important pour ceux ui désirent faire un investissement et ne plus y tpucher dans les années à venir. Pour ceux qui désirent donc investir dans des positions passives à plus de deux ans , nous recommandons donc l’utilsation d’actions classiques plutôt que des CFDs. Cependant pour rappel, ceux ci vous exposerons aussi davantage au risque de change dans le cas d’investissements à l’étranger.
  2. L’effet de levier peut vous inciter à prendre plus de risques que désiré. L’avantage de travailler à la marge, et de ne devoir mobiliser qu’un faible montant au départ, peut s’avérer potentiellement dangereux pour une personne trop aventureuse et qui mesure mal les possibles fluctuations des marchés boursiers. Les risques existent et il est requis de tous les brokers CFD de vous informer sur ces risques. Pensez à jeter un œil sur les parties consacrées au sujet sur leurs sites respectifs. Un homme averti…

Conclusion

En conclusion on comprend mieux l’utilisation grandissante des CFD. La flexibilité financière et la possibilité de mitiger son risque de change en font un excellent compagnon des investisseurs actifs (investissement à horizon de 2 ans maximum) ou en valeurs étrangères. Pour les investisseurs passifs en Euro, dans un souci de réduction des couts, l utilisation d’actions classiques sera à privilégier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *