13 février 2014. Par Jonathan

Qu’est ce qu’une obligation?

Une obligation est simplement un titre de dette ou un investisseur prête de l’argent à une entité (l’émetteur) pour une durée déterminée. L’emprunt est naturellement assorti d’intérêts (les coupons), habituellement payés bi-annuellement. Cette obligation est donc émise avec une date précise de remboursement appelée date de maturité et peuvent être émises pour des périodes aussi courtes qu’un mois et aussi longues que 30 ans. Les entités émettrices sont généralement des états ou des entreprises, avec des capacités de remboursement qui peuvent grandement varier d’une entité à l’autre.

A titre d’exemple, si un investisseur achetait aujourd’hui pour 10000 Euros d’obligations GDF-SUEZ avec une maturité de 10 ans et un coupon de 5%, il recevrait 2 fois par an 250 Euros pendant 10 ans et se verrait remboursé de 10000 Euros dans une décennie.

Les taux d’intérêts payés peuvent varier grandement et dépendront de la durée et de la qualité de l’emprunteur. Plus longue sera la durée et moins bonne sera la qualité de l’emprunteur, plus élevé sera le taux d’intérêt payé. Afin de juger de la qualité crédit d’un emprunteur, les agences de notations attribuent des ratings. Ceux-ci servent de mesure de la capacité de l emprunteur à faire face à ses obligations financières.

Caractéristiques

Une obligation a donc les caractéristiques suivantes:

  • Une durée (la maturité) : la durée de vie de l’obligation
  • Une entité émettrice: Etat ou entreprise, la capacité de remboursement de l’emprunteur peut varier grandement. Afin de juger de la qualité crédit d’un emprunteur, les agences de notations attribuent des ratings. Ceux-ci servent de mesure de la capacité de l emprunteur à faire face à ses obligations financières. Il existe deux grandes catégories de rating, celle de qualité dite d’Investissement (« Investment Grade ») et celle dite de spéculation (« Junk bonds », « High Yield » ou « Speculative grade »). Le tableau des ratings est repris ci-dessous, la qualité la plus élevée étant illustrée par trois A (« Triple A »)

Echelle des rating par agence de notation
S&P (et Fitch)Moody’sCatégorie
AAAAaa

Investment Grade

AAAa
AA
BBBBaa

High Yield

BBBa
BB
CCCCCC
DC

  • Un coupon: Le taux d’intérêt payé par l’émetteur sur la valeur faciale de l’obligation. A ne pas confondre avec le rendement jusqu’à maturité (« Yield to maturity »).
  • Une valeur faciale (« Facial value »): Comme illustré précédemment il est requis de la part de l’emprunteur de rembourser un montant défini à maturité. Habituellement les obligations sont libellés par tranche 1000 Euro ou Dollars, ce montant est la valeur faciale de l’obligation, le montant touché par son détenteur à maturité.
  • Un prix: Le prix d’une obligation peut varier au cours de sa vie. Le prix des obligations, malgré une valeur faciale souvent égale à 1000, sont exprimé en base 100. Un investisseur acquérant une obligation au prix de 100 devra donc payer la valeur faciale de l’obligation afin de l acquérir. Cependant s’il l’acquiert à un prix de 90.0, il ne devra s’acquitter que de 900 Euros, mais touchera toujours les 1000 Euros prévus par la valeur faciale. (plus sur les rendements)

A qui s’adressent les obligations? Avantages et inconvénients

Les obligations, même si ils reçoivent moins d’intérêt public que les actions, sont une part majeure de bien des portefeuilles d’investisseurs. Et plusieurs raisons justifient ce choix.

  • Sécurité : La première raison est le caractère défensif des obligations de la plupart des gouvernements et certaines entreprises. Certaines obligations gouvernementales ont longtemps même été considérées sans risque. Ce n’est plus tout à fait le cas pour certains pays européens, mais bon nombre de dettes étatiques restent les alternatives les plus sures à disposition.
  • Prédictibilité des rendements et faible volatilité: la grande différence entre les actions et les obligations est le caractère fini de la durée d’investissement d’une obligation (vs. infini pour une action). Ce caractère fini permet d’avoir une relative certitude sur le rendement de l’investissement. De plus les prix des obligations sont moins volatiles que les actions, ce qui offre une dose supplémentaire de confort (cette volatilité diminuera d’ailleurs encore à mesure que l’on se rapprochera de l’échéance)
  • Rentabilité inférieure aux actions mais les risques le sont aussi: Le rendement d’une obligation est généralement inférieur à celui d’une action à long terme. Mais ce constat s’explique par la prise de risque moindre pour les investisseurs obligataires. En cas de liquidation d’une société les obligations sont payées en priorité par rapport aux actionnaires. Ce qui en pratique permet souvent aux investisseurs obligataires de « toucher quelque chose », même en cas de faillite, ce qui est rarement le cas pour les actionnaires. De plus, les coupons versés sont souvent supérieurs aux dividendes, ce qui permet d’obtenir le revenu de son investissement plus rapidement. Ces avantages font des obligations un investissement plus sur qu’une action de la même société. Par contre les actions disposeront de la possibilité de participer au succès de l’entreprise et ont donc un potentiel de gain plus élevé. Il est à noter que les obligations High Yield offre des rendements plus élevés voire presque similaires aux actions parfois. Par contre les risques vont de paire et le risque de non paiement est réel.

Grace à son côté parfois défensif et ses rendements prévisibles, c est une classe d ‘actifs prisée par les investisseurs à la recherche de revenus réguliers. C’est donc l’instrument de réferrence pour les investisseurs avec un capital décent et désireux de s’assurer une rente. Mais au delà de cela ils permettent de créer souvent une charpente solide à bien des portefeuilles, trouvant leur place à côté d’investissements plus risqués comme les actions.

Prix et rendement(s) d’une obligation

La relation entre le prix et le rendement d’une obligation est souvent difficile à appréhender pour un investisseur novice, qui ignore même souvent que le prix de celle-ci peut évoluer.

Le prix d’une obligation évolue car sa valeur est calculée sur base des taux d’intérêts en vigueur. A mesure que ceux-ci évolueront, le prix de l’obligation bougera et cela de manière inversement proportionnelle. Cette relation se comprend de la manière suivante. Prenons une obligation gouvernementale nouvellement émise, payant un coupon de 4% sur 10 ans au prix de 100. Si dans un mois les taux d’intérêt payés par cet état montent subitement à 5%, tout nouvel investisseur désirera obtenir ce nouveau rendement pour investir dans une obligation de cet emprunteur. Qu’advient’ il alors de notre obligation émise un mois plus tôt avec un coupon de 4%? Et bien, afin de refléter le fait que tout nouvel investisseur peut dorénavant obtenir un taux de 5% de cet emprunteur, le prix de l’obligation baissera afin de compenser l’acheteur pour un coupon (4%) inférieur au taux en vigueur (5%).

Il existe plusieurs méthodologies qui font le lien entre rendement à terme et le prix d’une obligation. La plus utilisée, appelée rendement à terme (« Yield to Maturity ») , convient aux obligations d’état et obligation d entreprises « Investment grade ». Une autre aussi fréquemment utilisée pour les marchés « High Yield » est le rendement au pire (« yield to worst »).

Yield To Maturity

La méthode de calcul utilisée ici est un procédé d’actualisation. Le Yield to maturity est le taux d’actualisation qui permet d égaliser le prix actuel de l’obligation avec la valeur présente des paiements futurs de l’obligation (coupons et valeur faciale à terme). En pratique il représente le rendement que vous obtiendrez en gardant l’obligation jusqu’à maturité. Pour reprendre le cas de notre obligation 10 ans à 4% de coupon. Le fait de l’acheter a un prix de 90.0 signifie qu’en touchant 4 par an et en étant remboursé de 100 dans 10 ans, le rendement effectif de l’investisseur sera proche des 5.3%.

Yield To Worst

Cette méthodologie est utilisée afin d’estimer le rendement minimum pour des obligations comprenant des clauses particulières. C’est souvent le cas des obligations high yield, qui possèdent des clauses de rappel anticipé à un prix fixé à l’avance. Le yield to worst estimera le rendement effectif dans le cas le plus défavorable pour l’investisseur.

Quel ETF pour construire un portefeuille obligataire?

Il est souvent très compliqué de se construire soi même un portefeuille obligataire. Premièrement car au regard de valeurs faciales souvent élevées, une diversification demande la mobilisation de fonds importants. Deuxièmement, le monde obligataire, et en particulier celui des entreprises, n’est pas toujours liquide et certaines obligations sont hors d’atteinte des investisseurs particuliers ou vendus à des prix prohibitifs.

Dès lors l’utilisation de SICAV ou ETF obligataires simplifie énormément la démarche et permet d’accéder à une diversification effective à partir de quelques euros.

Nous vous listons ci dessous les ETF les plus traités et les régions qu’ils couvrent respectivement. Ceux-ci se traitent comme des actions, mais les données de rendement tel que le yield to maturity sont très souvent accessibles sur le site internet des ETF.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *